La thérapie interpersonnelle

Thérapie Interpersonnelle et théorie de l'attachement en lien avec la thérapie Intelligence Relationnelle (IR)

Therapeute IR

Ancêtre de la thérapie Intelligence Relationnelle (IR), la thérapie interpersonnelle (TIP) est une psychothérapie également limitée dans le temps qui a initialement été développée par Gerald Klerman dans le cadre de la recherche sur le traitement de la dépression de l’adulte dans les années 1970. En mettant en lumière les schémas liés aux blessures d'attachement, la thérapie Intelligence Relationnelle s'inscrit dans la lignée des TIP .

Cette approche repose essentiellement sur le postulat que les troubles (dits “psychiatriques”) comme la dépression, bien que multifactoriels, surviennent généralement dans un contexte social et interpersonnel particuliers. Klerman a identifié 4 domaines problématiques fortement corrélés à la dépression :

  • les conflits interpersonnels,

  • les deuils (décès d’un proche),

  • les déficits interpersonnels (isolement social),

  • et les changement de statut social (mariage, rupture sentimentale, chômage…).

Ces domaines problématiques sont en général l’objet de la thérapie, qui est fondée sur la théorie de l’attachement telle que conceptualisée par John Bowlby, comme un lien affectif nécessitant des interactions réciproques entre un individu et sa figure d’attachement. L’engagement relationnel étant une des notions novatrices dans le domaine de la thérapie que l’on retrouve dans les TIP et que l’on retrouve de façon encore plus assumée dans la thérapie en Intelligence Relationnelle.

Ainsi, l’objectif de cette approche consiste à amener le patient à :

  • comprendre de quelle façon l’apparition et la variation de l’intensité de ses symptômes dépressifs sont reliés à ce qui se passe dans sa vie.

  • trouver des moyens pour résoudre ses difficultés relationnelles : démarche qui procure un soulagement des symptômes dépressifs.

En thérapie interpersonnelle le praticien s’appuie sur un certain nombre de techniques, notamment autour de l’analyse de la communication et de la régulation émotionnelle. Ainsi, comme en Intelligence relationnelle, la TIP se distingue des thérapies cognitives et comportementales (TCC) en se concentrant sur les interactions et les modalités relationnelles, plutôt que sur les cognitions erronées ou dysfonctionnelles. A ceci près que la Thérapie IR ancre l’intégration des prises de conscience plus en profondeur grâce à la métacognition.

C’est sur ces fondements essentiels que la thérapie interpersonnelle partage la vision de l’IFS (Internal Family System) et du modèle thérapeutique “Intelligence Relationnelle®”.

*Extrait de http://prof-il.org/ : Même si la TIP a d’abord été développée pour soigner les patients atteints de dépression, son efficacité a depuis été démontrée dans le traitement d’autres troubles dits “psychiatriques” tels que les troubles bipolaires, les phobies sociales, le trouble de personnalité limite (ou « borderline »), les troubles liés à l’usage de substances, la dysthymie (trouble de l’humeur chronique avec spectre dépressif) ainsi que certains troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires (TACA) tels que la boulimie, l’anorexie mentale ou l’hyperphagie boulimique.

therapeute ir

Rediffusion de la conférence de François Le Doze sur la sécurité relationnelle.

Dans le cadre du Congrès de la Douance “Regards pluriels sur le Haut Potentiel”, a eu lieu la Conférence du …

jonas-verstuyft-thera-compagnant-roudy-lemaire-intelligence-relationnelle-therapeute-ir-tpv-somatic-experiencing

Psychothérapie & sciences : évitons les amalgames.

Sur ce site, je parle beaucoup des nouvelles approches psychothérapeutiques qui se basent sur des principes scientifiques …

therapeute ir françoise le doze theorie polyvagale physiologie neurobiologie

La thérapie en Intelligence Relationnelle : comment est-elle née ?

Cette nouvelle approche thérapeutique est issue d’une expérience personnelle qui a amené le neurologue François Le …